Santé

Comment faire passer un malaise ?

Très fréquent chez les enfants âgés de 3 à 12 ans ainsi que chez les femmes, le mal des transports entraîne souvent des maux de tête, des étourdissements, des nausées, des transpirations froides et des vomissements. D’où viennent ces problèmes et comment y mettre fin ?

Pourquoi souffre-t-on du mal des transports ?

Pour être dans l’espace, les êtres humains utilisent trois principales sources d’information provenant :

A lire également : Comment Degonfler ses yeux au réveil ?

  • yeux : grâce à la vision de la ligne d’horizon qui indique le positionnement du crâne dans l’espace
  • de l’oreille interne : il perçoit le mouvement du corps à travers « petites boules » (otolithe) qui roulent selon les mouvements de la tête
  • muscles : les récepteurs qui les sillonnent apportent une perception du corps dans l’espace

Ces flux informatifs sont transmis au cerveau qui les utilise pour déterminer la position du corps par rapport à l’espace. Si elles semblent contradictoires, le corps n’est plus en mesure de se prononcer clairement sur la réalité. Il est donc l’incohérent et des informations contradictoires que le cerveau ne peut pas déchiffrer et utiliser qui causent le mal des transports, également connu sous le nom de cinéose ou de maladie cinématographique.

Voici un exemple des causes du mal des transports : disons que vous étiez dans une voiture roulante et lisez un livre. Vos muscles sentent que vous êtes toujours dans votre siège. Vos yeux parcourent le livre, qui est aussi immobile, mais ils capturent aussi, à la périphérie de leur champ de vison, le paysage qui se défile autour de vous. De plus, votre oreille interne détecte que vous bougez en raison de décélérations, d’accélérations, de balançoires et de virages. En conséquence, cette information contradictoire atteint le cerveau qui ne peut pas l’interpréter et qui déclenche ensuite des symptômes (sensation de malaise, maux de tête, pâleur, vertiges, nausées) formant le mal des transports.

A découvrir également : Comment calmer une toux de bronchite ?

Maladie des mers

Comme toute maladie, le mal de mer est causé par l’écart entre les différentes informations que votre corps perçoit, en particulier entre ce que votre œil voit et ce que votre centre d’équilibre transmet à votre cerveau. Elle touche environ 25 à 35 % des personnes qui voyagent en bateau. Les symptômes sont identiques à ceux d’autres affections de transport comme une forte envie de vomir, des oreilles ou de la tête minces et des piqûres d’yeux. Cet inconfort disparaît habituellement après deux ou trois jours.

Voici quelques précautions pour lutter contre le mal de mer :

  • Ne cédez pas à la panique et essayez de garder le calme. L’inquiétude est une bonne raison pour le mal des transports.
  • Dormez aussi bien que possible avant de partir et mangez légèrement, tout en évitant le tabac et l’alcool. N’attendez pas d’avoir faim ou soif pour aller collation ou boire quelque chose, car l’hypoglycémie et la déshydratation conduisent à des étourdissements, la porte du mal de mer.
  • Habillez-vous en fonction de la météo afin de ne pas souffrir de chaleur ou de froid. Envisagez de prendre de la laine supplémentaire pour faire face au vent froid offshore.
  • Pendant le voyage, installez-vous dans une zone bien ventilée et au milieu du bateau pour profiter d’une stabilité maximale. Ne pas grimper au sommet du navire, comme les amplitudes de mouvement sont ressenties plus là-bas. Échappez les cales à cause de l’odeur du mazout et du confinement. Évitez de suivre le sillage du navire ou ses mouvements et toute activité nécessitant vos yeux, comme jouer ou jouer à des jeux vidéo.
  • Si vous devez manger pendant le croisement, préférez les aliments féculents et évitez les graisses. Pour la boisson, optez pour un soda cola. Servir pendant plusieurs minutes avant de boire pour laisser un maximum de gaz s’évaporer.
  • Si vous ressentez les premiers signes d’inconfort, montez pour l’air sur le pont et fixez votre attention à l’horizon ou à la côte. Choisissez une chaise longue et tournez dans le sens de la marche du bateau. La tête serrée dans un oreiller, votre vue se resynchronise rapidement avec votre équilibre et les sensations d’inconfort disparaîtront progressivement.

Maladie de l’air

Ce mal des transports touche entre 0,5 % et 10 % des personnes sur les vols longs et moyens courriers. La moitié du pilote les élèves sont sensibles au cours de leur formation. C’est la pression de la cabine qui est la cause principale. En effet, la pression de l’air dans l’avion est inférieure à celle au sol, et l’air y est aussi plus sec.

Le stress est également un facteur important dans le déclenchement de la maladie de l’air, dont les principaux symptômes sont des ballonnements, des maux de tête, des nausées, une sensation de lourdeur dans les jambes, une déficience auditive et des yeux secs.

Voici divers conseils pour vous en protéger :

  • Évitez de vous fatiguer avant le voyage en essayant de bien dormir la nuit avant le départ.
  • Mangez léger, en donnant la préférence aux aliments sains et simples comme le fromage et le pain tout en évitant le chou, les légumineuses et le lait. Bannissez passionnants tels que l’alcool, le café, le tabac ou les boissons gazeuses.
  • Réservez une place au centre de l’avion. C’est près des ailes que la turbulence est la moins sévère.
  • Pendant un long vol, levez-vous fréquemment et prendre quelques mesures afin de ne pas vous engourdir.
  • Planifiez de petites gouttes pour les yeux si vous êtes sujette à la sécheresse oculaire.
  • Au décollage et à l’atterrissage, mâcher un chewing-gum ou sucer un bonbon, avaler aide à réduire la pression à l’oreille interne.
  • Il est recommandé de boire 1 litre d’eau toutes les 4 heures de vol pour réhydrater votre corps et optimiser votre circulation sanguine.

Être malade en voiture ou en train

Lorsque vous voyagez sur terre avec la voiture ou le train, ce sont principalement les oscillations dues aux routes sinueuses, aux accélérations brutales et aux décélérations qui génèrent la cinématographie. Le phénomène est moins amplifié pendant les trajets en train puisqu’il ne touche que 1% à 4% des passagers. Ceci s’explique par le fait que ce sont les rouleaux et les mouvements transversaux qui affectent l’organisme en créant le mal des transports.

Petites astuces pour l’éviter en voiture :

  • Ne prenez pas un repas trop copieux avant le départ et bannissez l’alcool. Boire un infusion de gingembre 3-4 heures avant de partir est idéale.
  • Pendant le trajet, évitez de lire ou de suivre un objet en mouvement. Au contraire, fixez votre regard sur l’horizon à travers la fenêtre tout en posant votre tête contre l’arrière de votre siège. Buvez aussi beaucoup d’eau et ouvrez légèrement une fenêtre pour aérer.
  • Si possible, demandez au conducteur de conduire à vitesse constante afin de minimiser les accélérations, les décélérations et les mouvements brusques de la voiture. Vous pouvez également prendre le volant si vous avez un permis de conduire. Se concentrer sur la conduite dissipera rapidement les sentiments d’inconfort. Sinon, mettez-vous à l’avant à côté du conducteur afin que vous puissiez regarder la route à travers le pare-brise. Essayez d’installer le plus confortablement possible.
  • Laissez les pauses fréquentes pour aérer, faire de l’exercice et étirer vos jambes. Ne mangez pas dans la voiture, car l’odeur de la nourriture peut causer des nausées.

Si vous prenez le train :

  • Installez-vous dans le sens de la marche. Choisissez un emplacement au centre du train et loin des fenêtres pour éviter d’être tenté de regarder le paysage qui défile.
  • Interdites toute simulation visuelle comme la lecture ou les jeux vidéo et essayez de garder vos yeux fermés le plus près possible.
  • Évitez les zones de fumage et ne fumez pas pendant le trajet.
  • Ne laissez pas à jeun et buvez sucré pendant le voyage, y compris les jus ou les boissons gazeuses ouvertes à l’avance pour permettre à la majorité du gaz de se dissiper.

Gestion du mal des transports des enfants

Les enfants sont les principales victimes du mal des transports, surtout entre 3 et 12 ans. Pour lutter contre la sinéose qui peut affaiblir votre enfant, vous pouvez prendre quelques précautions :

  • Faites-lui passer une bonne nuit en lui demandant d’aller au lit tôt et de le réveiller seulement après que tous les préparatifs sont enroulés, afin de limiter son stress et son excitation.
  • Donnez-lui un repas copieux comme le petit déjeuner anglais, avec des fruits et du yogourt. Le café avec du lait doit être interdit car il est difficile à digérer.
  • Si vous savez qu’il est sujette au mal des transports, donnez-lui un antihistaminique une heure avant le départ.
  • Organisez des activités pour capter votre attention pendant le voyage. Les chansons, les jeux, les énigmes ou l’exploration de sites historiques pendant les arrêts sont de bons dérivés.

En cas de balade en voiture

  • Les jeux vidéo et la lecture doivent être bannis tout au long du voyage.
  • Mettez de la musique douce, avec un faible niveau sonore.
  • Prenez des pauses régulières, normalement toutes les 2 heures. Cela lui permettra de prendre de l’air et d’étirer ses jambes en même temps.
  • Choisissez l’autoroute où vous pouvez conduire à vitesse presque constante. Adoptez une conduite silencieuse pour éviter les accélérations et les décélérations soudaines.
  • Rafraîchissez l’habitacle en ouvrant légèrement les fenêtres pour rafraîchir l’air.
  • Mettez votre enfant dans un position qui minimise le mouvement. Si vous prenez un bébé, allongez-vous dans une nacelle pour les aider à s’endormir plus facilement.
  • Si malgré ces précautions, l’enfant a de l’inconfort, demandez-lui de regarder par la fenêtre et de respirer profondément. Arrêtez-vous au parking le plus proche pour lui permettre de prendre l’air.
  • Gardez toujours un sac jetable dans la voiture au cas où votre enfant vomit. Il existe des modèles sur le marché qui disposent d’un tampon absorbant capable de transformer les régurgitations odorantes en gel non odorant. Ne pas oublier le bicarbonate de soude qui facilite le nettoyage et élimine les odeurs.
  • Parmi les recettes de grand-mère qui peuvent marcher, vous pouvez essayer la pointe de plâtre collé sur le nombril, le citron à renifler ou la branche de persil attachée autour du cou, la pensée magique de votre enfant fera le reste…

mal des transports est un gène qu’il est préférable d’anticiper en adoptant les bonnes attitudes. De nombreuses techniques aident à prévenir l’arrivée de signes de malaise et ainsi faire le voyage beaucoup plus agréable. Et vous, avez-vous d’autres astuces qui, selon vous, sont efficaces dans la lutte contre le mal des transports ?

le le plus proche pour lui permettre de prendre l’air.

  • Gardez toujours un sac jetable dans la voiture au cas où votre enfant vomit. Il existe des modèles sur le marché qui disposent d’un tampon absorbant capable de transformer les régurgitations odorantes en gel non odorant. Ne pas oublier le bicarbonate de soude qui facilite le nettoyage et élimine les odeurs.
  • Parmi les recettes de grand-mère qui peuvent marcher, vous pouvez essayer la pointe de plâtre collé sur le nombril, le citron à renifler ou la branche de persil attachée autour du cou, la pensée magique de votre enfant fera le reste…
  • le

    mal des transports est un gène qu’il est préférable d’anticiper en adoptant les bonnes attitudes. De nombreuses techniques aident à prévenir l’arrivée de signes de malaise et rendent ainsi le voyage beaucoup plus agréable. Et vous, avez-vous d’autres astuces qui semblent efficaces pour lutter contre le malin