Famille

Comment se faire sponsoriser pour un voyage ?

Chers voyageurs,

Soyons déjà très clairs ; ici vous ne trouverez pas de manuel d’utilisation sur le thème « Obtenez sponsorisé pour aller en voyage ». Ce n’est pas que nous trouvons l’idée du parrainage nécessairement mauvaise, ce n’est pas que nous sommes « contre » non plus, en fait, notre opinion est beaucoup plus nuancée que cela. Comme certains projets de voyage sponsorisés ont été particulièrement remarqués sur le web — et ailleurs — de nombreux voyageurs voient un sponsor comme la solution magique de ne pas payer pour leur voyage. En effet, cela peut être la solution, mais à quel prix ?

A voir aussi : Quels sont les symptômes de la crise d'adolescence ?

N.B. : Les sponsors qui ont investi 100 ou 200€ pour la présence de leur logo sur le blog du voyageur ne sont pas concernés par cet article ; nous nous référons plus aux sponsors qui supportent la totalité — ou une partie importante — des coûts encourus par le voyage.

Avoir un projet solide

C’ est le premier point. Le point de départ. Aucun sponsor ne répondra à l’appel s’il s’agit juste de nous payer des vacances autour du monde (pitié, oui). Un projet de voyage parrainé est, comme son nom l’indique, un projet. Autant dire, il y a un but, un but, un but à ce voyage, autre que simplement « prendre des vacances ». Le sponsor doit voir en nous une façon originale de pouvoir atteindre une nouvelle cible (les personnes qui nous suivent), de communiquer sur leurs produits, sur sa marque. Bref, pour avoir un retour sur investissement.

A lire également : Où commence le respect de l'autre ?

Être prêt à rendre des comptes

Quand c’est une troisième personne (dans ce cas, pas notre mère ou notre grand-mère…) qui finance le voyage, c’est elle qui, quelque part, tient les rênes, que nous le souhaitions ou non. Comme nous le savons, lorsque vous voyagez, l’argent est presque le nerf de la guerre, même si certains se vantent de pouvoir voyager avec presque rien.

Avoir à justifier l’utilité de notre argent peut rapidement devenir ennuyeux, même si tous les sponsors ne sont pas si difficiles ; mais bien sûr, le degré de « tatillonage » dépend grandement du montant que le sponsor a investi dans notre voyage. Il en sera de même pour les lieux de visites et d’activités, un sponsor ne prendra jamais la peine de donner son avis ; quoi de plus frustrant que d’aller à gauche pendant que vous brûliez de désir d’aller à droite ? Il faudra donc tenir compte du fait que l’on ne peut plus être le seul décideur et, dans certains cas, plus de décideur.

Savoir répondre aux souhaits du sponsor

Nous arrivons naturellement au point suivant. Si le commanditaire a investi beaucoup d’argent, il peut décider qu’il est plus vendeur pour lui que nous allons dans un sens plutôt que dans une autre, que nous prenons ce genre de photos à cet endroit, que nous présentons des marques, des produits ou des services, et même si ces choses auraient pu être faites avant le départ, prend généralement une dimension complètement différente une fois, sur place, tout en voyageant.

Répondre aux échéances

Qui dit les demandes, dit les délais. Et qui dit les délais, implique souvent une bonne connexion Internet pour être en mesure d’être à l’heure ! Pas besoin de développer trop ce point, nous comprenons rapidement où nous voulons venir… Le décalage horaire n’aide en aucune façon, si en plus le Wifi ne coopère pas, nous entrons très rapidement dans un état de stress que nous irons bien. Sommes-nous partis de notre vie européenne pour plonger devant notre ordinateur, face au fameux « Rien qui fonctionne ! » , ennuis, impatience, agacement, anxiété, échanges e-mail qui finissent par « cordialement » ?

Apprendre à abandonner vos valeurs à celles du sponsor

Pas de secret, si notre personnalité s’estompe, si nos désirs sont mis de côté, si nos valeurs doivent rester loin parce que le sponsor est très (aussi ?) il sera celui qui parlera en notre nom. Et cela peut devenir problématique si nous ne partageons pas les mêmes opinions… C’est là qu’il est important de choisir correctement notre sponsor (voir le paragraphe suivant). Le voyage les révèle mieux que quiconque, nos opinions. C’est grâce au voyage que nous aiguisons souvent notre sens critique, nos grandes théories sur l’Homme et le monde qui nous entoure. En fait, lors d’un voyage, nous avons souvent le désir et le besoin de nous exprimer, et de le faire en notre nom, librement, sans aucune contrainte, parce que la liberté ressentie sur les routes du monde a un impact inévitable sur notre liberté d’expression.

Mais…

Voyager avec un sponsor peut se faire dans de bonnes conditions si on est averti de ce que cela inclut et implique à tous les niveaux. Mais la chose à ne pas faire est de prendre la décision d’obtenir parrainé pour la pire raison, à savoir « Je veux faire un voyage, et je n’ai pas d’argent » ; parce que ici le moteur d’abord est le désir de voyager, d’échapper, d’ailleurs, le désir de vivre autre chose. Il faut alors prendre la décision de voyager et de choisir un sponsor qui partage notre vision du monde, nos opinions, nos valeurs, et qui, surtout, nous fait suffisamment confiance pour nous permettre de faire nos propres choix dans le respect mutuel essentiel à la réussite du projet.

Partager les mêmes valeurs vous permet de ne pas avoir peur de s’exprimer en son propre nom ET au nom du sponsor, il permet de se déplacer dans la même direction, de ne pas avoir envie d’avoir des « devoirs à faire ». Partager les mêmes valeurs permet de se sentir soutenu, soutenu, accompagné, et tout le monde trouve enfin son compte.

Bref, faire appel à un sponsor pour financer son voyage est souvent considéré comme une solution miracle au problème de l’argent, mais en plus d’être difficile à mettre en place, il est loin d’être adapté à tout le monde pour le raisons mentionnées ci – dessus. Rien n’est impossible, de beaux exemples de voyages parrainés sont apparus, mais pour y arriver, vous devez travailler dur pour vous assurer que vous êtes un voyageur voyageant avec un commanditaire et non un voyageur promu par un commanditaire.

Photocrédit : /foter/CCBY-NC-ND