L’aide au financement du permis de conduire pour les apprentis

Le permis de conduire est une épreuve parfois difficile pour les candidats. Effectivement, il est indispensable d’apprendre les différentes règles du Code de la route. En outre, il faudra passer par une épreuve pratique où le candidat prendra le volant d’une voiture. Heureusement, le gouvernement français prévoit une aide financière pour les apprentis souhaitant passer cet examen. Que faut-il savoir à ce propos ? Éléments de réponse ! 

Les connaissances à avoir avant de passer l’examen du permis

Le permis n’est pas le seul examen qui vous sensibilise à la prévention des accidents de la route. Dès le collège, vous devrez déjà obtenir une première certification : l’assr 1. Cette attestation scolaire de sécurité routière est délivrée aux collégiens pour une raison. En fait, le gouvernement souhaite former des citoyens conscients des dangers de la route. Ici, il s’agit de l’attestation de niveau 1, dont l’épreuve se déroule en classe de 5e. Toutefois, il existe également l’ASSR 2, dont le test a lieu en classe de 3e.

A découvrir également : Quelles sont les meilleures voitures pour voyager sur les longs trajets ?

Mais qu’en est-il des personnes non scolarisées ? Pour ce cas particulier, le gouvernement a mis en place l’ASR (attestation de sécurité routière).

Dans le premier cas ou dans l’autre, vous n’aurez aucun frais à payer.

A découvrir également : Est-ce rentable d'acheter une voiture hybride ?

De quelle aide bénéficient les apprentis pour passer le permis ?

L’aide mise en place par l’État concerne les apprentis qui prévoient d’obtenir le permis b. Afin d’en bénéficier, les individus doivent être âgés de 18 ans au minimum. De plus, ils doivent être en possession d’un contrat d’apprentissage. Ce contrat est la preuve qu’ils suivent une formation (CAP, baccalauréat professionnel, licence, master, etc.). Pour terminer, ces derniers doivent prouver qu’ils sont bel et bien en train de préparer l’examen du permis de type B.

Pour information, les apprentis peuvent recevoir l’aide, même s’ils n’ont pas encore commencé leurs cours. L’essentiel est que le gouvernement sache que vous êtes officiellement inscrit dans une auto-école.

Sachez ensuite que l’aide en question est forfaitaire. Cette somme ne changera pas, peu importe les coûts que les apprentis engagent. Chaque personne pourra cumuler ce montant avec d’autres aides, ce qui inclut les prestations sociales. En revanche, le gouvernement accordera cette aide une seule fois.

Quels sont les frais engagés par les apprentis ?

Cette aide, délivrée par l’administration publique, s’avère utile étant donné que le coût de la formation est déjà onéreux. Ajoutez à cela les heures de conduite supplémentaires. En effet, le minimum requis en conduite est de 20 h. Cependant, cela suffit rarement pour bien maîtriser les subtilités de la route. Afin d’y remédier, plusieurs candidats préfèrent débourser plus d’argent pour aller au-delà de ce seuil. En moyenne, les séances de conduite durent 32 h.

Bon à savoir : les tarifs ne sont pas les mêmes en fonction des régions. À vrai dire, chaque auto-école peut fixer ses montants.

Quelle est la procédure pour bénéficier de l’aide ?

Pour postuler à cette aide forfaitaire, vous devrez approcher le centre de formation des apprentis (CFA). C’est cette institution qui vous fournira les détails concernant la procédure d’obtention.

La première étape sera de remplir et de signer un formulaire. Après cela, il faudra donner une copie recto-verso d’une pièce d’identité. Il peut s’agir de votre carte nationale d’identité, de votre passeport ou encore de votre titre de séjour valide. Pour terminer, vous aurez à délivrer une copie de la facture de votre auto-école. Attention ! Ce dernier document devra dater de moins de 12 mois avant votre demande. Après approbation, la remise du montant se fera directement auprès de l’apprenti ou de l’auto-école.

Finalement, cette aide au permis est non négligeable pour tout apprenti qui veut alléger ses dépenses. Celle-ci sera particulièrement utile si le candidat souhaite dépasser les 20 h de conduite nécessaires. Après tout, comme les dangers de la route sont nombreux, il est normal de vouloir se perfectionner.